[fr] [ndls] [eng] [deu]
Pourquoi je fais des portraits

Je demande au modèle de partager avec moi, le meilleur de lui-même, d’être mon complice pour partager ensuite ce « meilleur de lui-même », avec toutes celles et tous ceux qui verront les photos. Chaque photo est un compliment que je dédie à mes modèles.

Je ne m’intéresse pas au sordide, au spectaculaire, à l’anormal, à l’exceptionnel, à la beauté ou la laideur extrêmes… à l’image choc ni au scoop. Je suis un anti-paparazzi. (tous les modèles sont avertis de la démarche et signent une autorisation d’utiliser la photo dont ils reçoivent d’ailleurs gratuitement un ou plusieurs tirages de qualité, suivant le type et la durée de pose)

Je ne m’intéresse qu’aux gens qui m’entourent ou qui pourraient m’entourer quotidiennement. Les modèles sont donc des amateurs , sans que cela soit péjoratif puisque dans l’étymologie du mot amateur on retrouve « celui qui aime ».

Je travaille aujourd'hui exclusivement en numérique et de manière totalement autonome (prise de vues, retouche, impression…) mais la technique n'est jamais une fin en soi, elle n'est là que pour aider à la création, à faciliter la transmission d'un message.

Photographie humaniste, démarche positive, étude sociologique, appelez cela comme vous voulez !

Vous souhaitez participer à mon travail en tant que modèle ?
Vous êtes intéressés, par la présentation d'une exposition ? >>> Suivez ce lien


Moto-portraits

Moto passion dévorante, outil de travail ou moyen de locomotion bon marché, ancêtre ou bolide dernier cri, routière, sportive, naked bike ou custom.

Motard du dimanche ou par tous les temps, jeune ou vieux, frimeur ou fauché.

Je prends des photos de motards avec leurs bécanes, pour en faire des expos et un bouquin, un inventaire du monde sur 2 roues (ou trois.).

Simplement parce que je suis motard passionné (comme vous) et photographe depuis 1973.

Tous les motards qui posent pour ma série "moto-portraits" reçoivent gratuitement un tirage original et sont invités aux vernissages (mon travail est "artistique" et pas commercial).


Comment se passe une prise de vue ?

Installation du matériel :

Les photographies sont toujours prises devant une toile noire qui nécessite :

- un montage de ± 1 heure avant la séance (idem pour le démontage en fin de séance)
- une surface de sol dur et propre de 5 x 6 mètres minimum dans un endroit abrité des vents, de préférence couvert, tel que salle d'exposition, atelier, hall, préau …
- une arrivée 220 volts 3000 watt (sauf si PdV en extérieur par très beau temps)
- une hauteur minimum 2,5 m. et un recul de 8 mètres

Le motard complète et signe le formulaire d’autorisation.
Il se place et place sa moto sur la toile dans la position qui lui convient.
La première prise de vue se fait avec une plaquette de numéro d’ordre (identification)
Différentes prises de vues peuvent ensuite être effectuées (plan large, buste, portrait…)
Seuls les motards (éventuellement accompagnés de leurs passagers) recevront un tirage gratuit.

Documents légaux :

Les lois actuelles sur le respect de la vie privée et les droits de l’image imposent la signature par le modèle d’un formulaire d’autorisation individuelle, avant de la prise de vue.
Si le motard est photographié dans le cadre de ses activités professionnelles (uniforme, matériel roulant…) un formulaire d’autorisation de l’employeur doit également être complété, après présentation à l’employeur du cliché choisi, accompagné du formulaire individuel complété.
L’employeur peut demander des clauses spécifiques liées au caractère particulier de son activité (restrictions de publication par exemple).

Envoi des photographies :

Dans les 3 mois qui suivent la PdV, les motards qui ont posé reçoivent gratuitement un tirage original par courrier ou en main propre (si les prises de vues sont de qualité suffisante).
Ils seront le moment venu invités aux vernissages et informés des publications.

Dans le cas de PdV groupées (minimum 10 motards) organisées par un club, une institution ou une société, l’organisateur reçoit également un tirage 33 x 48,3 « souvenir » et un CD reprenant les PdV utilisables en Jpeg 300 dpi.

Il est possible d’obtenir à prix coûtant
- un CD des prises de vues en Jpeg 300 dpi
- des tirages papier qualité photo en 33 x 48,3 cm.

Utilisation des photographies :

Les modèles et le photographe s’engagent à utiliser les photographies uniquement selon les clauses prévues par les formulaires d’autorisation et à respecter les lois en vigueur.

gee hemmel



Powered by CEDworkshop